Historique

HISTORIQUE DE CANAL ZOOM

Un vent favorable du Québec

Au début des années 70, l’apparition de la vidéo légère va révolutionner les moyens de communications et les mettre à la portée de tous. Au Québec, les mouvements associatifs ont très vite été séduits par ces outils, et profitant des réseaux câblés de télédistribution, ont imaginé et mis sur pied les télévisions communautaires, des télévisions de proximité faites par les communautés locales et pour elles.
A Gembloux, les groupements de jeunes travailleurs découvrent ces expériences et décident de suivre la même voie. L’asbl Télévision Communautaire Gembloutoise (TVCg) est créée en 1973.
Très rapidement, de nombreux bénévoles se mobilisent pour produire des émissions de télévision avec des programmes d’information, d’animation et d’éducation permanente. Ils seront d’abord diffusés en circuit fermé dans les salles des fêtes, puis à partir du 22 mai 1976 sur le câble de télédistribution. C’est ce jour-là qu’à Gembloux commencera l’expérience des télévisions communautaires…

Le temps des pionniers (1976-1982)

Les premières émissions de la TVCG seront mensuelles, entièrement prises en charge par des bénévoles et diffusées à partir du studio d’Ernage sur le canal 2 de RTL, le samedi à 13h, quand la chaîne privée n’émet pas. Les émissions sont diffusées en noir et blanc et se font parfois en direct depuis le studio. Elles sont soumises à autorisation préalable des quatre partenaires de la convention expérimentale, le télédistributeur Brutélé, la Ville de Gembloux, la Communauté Française et l’asbl TVCG
En 1978, la télévision engage un permanent, puis dans le cadre des plans de résorption du chômage, peut engager quelques travailleurs permanents. Les émissions sont alors diffusées tous les 15 jours. Très vite cependant, le besoin d’une meilleure qualité et d’une meilleure maîtrise de la mise en image se fait ressentir….

La professionnalisation (1982-1987)

En 1980, c’est enfin le passage à la couleur mais aussi l’arrivée de professionnels dans l’institution. Les émissions deviennent hebdomadaires, le premier télétexte est lancé et l’ensemble du territoire de Gembloux est enfin couvert. Pour la première fois aussi, la télévision couvre la campagne électorale communale.
En 1984, la télévision obtient son canal réservé. La TVCG devient CANAL ZOOM. Les programmes sont alors diffusés le samedi à 13h et rediffusés le mardi à 16h15. Le télétexte occupe l’antenne 24/24h. La grille des programmes comprend : les infos locales, l’agenda culturel, un magazine et de nombreuses émissions spéciales.
En 1985, la publicité fait son apparition sur nos antennes.
Canal zoom, comme vont le révéler les sondages, enregistre déjà à cette époque l’un des meilleurs taux d’audience parmi les télévisions locales.
L’expérience des télévisions communautaires a séduit la Communauté française. En 1985, un décret va mettre fin aux expériences et les institutionnaliser. Il prévoit un cadre et des moyens de fonctionnement pour les TVC, mais il faudra attendre début 1987 et un long fonctionnement au ralenti pour que les nouvelles structures se mettent en place.

Au rythme de sa région…(1987-…)

En 1987, un nouvelle équipe est constituée avec un cadre de 10 personnes, un directeur, une secrétaire, 4 journalistes et 4 techniciens.
En 1988, après les élections communales, Canal Zoom s’étend sur Chastre et Walhain (moins Nil-Saint- Vincent). En 1992, Perwez se rattache également à Canal Zoom.
A cheval sur les Provinces de Namur et du Brabant Wallon, Canal Zoom signe des conventions d’échanges de programmes avec Canal C (Namur) et TV Com (Brabant wallon) notamment en matière sportive et d’informations régionales.
En 1989, Canal Zoom quitte ses locaux d’Ernage rongés par la mérule pour prendre ses quartiers à Sauvenière.
La télévision s’impose de plus en plus dans sa région. Régulièrement les enquêtes d’audience confirment l’attachement du public local à sa télévision. Quatre téléspectateurs sur dix sont des « accros »de Canal Zoom…
Les moyens financiers sont renforcés par la publicité, la grille des programmes s’étoffe, l’information prend une place de plus en plus importante, tout en conservant des espaces communautaires et conviviaux.
Canal Zoom passe au quotidien en 1996.
Aujourd’hui Canal Zoom occupe une douzaine de personnes, a gardé une place pour des bénévoles et accueille en formation chaque année plusieurs stagiaires.
D’un point de vue technique, Canal Zoom a toujours été à la pointe en matière de nouvelles technologies. Elle fut une des premières chaînes locales à miser son développement sur le tout numérique et à explorer les potentialités d’internet.
Depuis 2001, grâce à la mise en service d’un serveur numérique, nos programmes sont diffusés en boucle 24/24h sur le réseau, ils sont également disponibles sur le site web canalzoom.com

De nouveaux studios pour Canal Zoom à Gembloux

Restait a résoudre le problème des locaux. C’est avec l’acquisition de la ferme abbatiale de Gembloux par la Faculté des Sciences Agronomiques (rebaptisée Gembloux Agro-Bio Tech – Ulg) que le projet d’installation de Canal Zoom sur ce site prestigieux prendra forme en 1998. La Faculté a choisi de faire de ce lieu l’interface entre l’université, la ville et la société civile. La ferme aujourd’hui entièrement rénovée accueille le grand auditoire de la Faculté (l’Espace Senghor dévolu également aux colloques, expositions et manifestations culturelles), l’Espace André Mohimont (lieu de rencontres et d’expositions), le Centre de Calcul de la Faculté ainsi que son service d’accueil et de relations publiques. La ville de Gembloux a aussi passé convention (bail emphytéotique) pour y installer l’Office du Tourisme, la Maison du Tourisme ainsi que la Télévision locale.

Le chantier démarre au printemps 2004. Il est financé par la Région Wallonne, la Communauté Française, la Ville de Gembloux et la Province de Namur.
En janvier 2007, Canal Zoom s’installe dans l’aile ouest de la ferme abbatiale, au Passage des Déportés juste à côté du porche d’entrée de la Faculté.
La nouvelle infrastructure s’intègre harmonieusement au site classé tout en offrant un espace de travail rationnel et performant sur 2 niveaux. Le rez-de-chaussée est dévolu à la technique. On y retrouve le plateau, la régie et les différents locaux techniques. L’étage sous toiture abrite les locaux administratifs, la rédaction, une salle de réunion et trois salles de montage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *