Gembloux : 2 nouveaux conseillers lors d’un conseil communal centré autour de la Place de l’Orneau et du CPAS

Le conseil communal de ce 31 janvier 2018premier de l’année – a débuté par l’officialisation des démissions de deux conseillers du Parti socialiste : à savoir Laura Bioul et Tarik Laidi (l’annonce avait été relayée par Canal Zoom au mois de décembre). Officiellement, ils ont décidé de faire un pas de côté pour des raisons personnelles. Ils ont été remplacés par leurs suppléants respectifs.

Marie-Paule Lengelé et Riziero Parete, deux petits nouveaux au conseil

Ils s’étaient présentés lors des dernières élections mais n’avaient pas été élus. Cette fois, ils font leur entrée au conseil communal. Ils ont prêté serment en début de conseil.

Le service « BébéBus » débarque à Gembloux

Le conseil a approuvé à l’unanimité l’arrivée du réseau des BébéBus dans la cité des Couteliers. Pour rappel, il s’agit d’une halte-accueil itinérante pour les enfants âgés de 0 à 3 ans. Un projet social lancé par la Province de Namur. La Ville a décidé d’accueillir le service dès cette année 2018. Ce qui a réjoui Dominique Notte, qui a rappelé qu’il avait été l’un des fondateurs de ce réseau présent dans la Province. Une intervention positive qui a été soulignée par la majorité. De bonne augure pour la suite de ce conseil ?

Les premiers échanges entre opposition et majorité sont arrivés au point 14 concernant la mise à disposition gratuite des annexes inoccupées de l’école communale d’Ernage. L’objectif est de prêter les locaux pour une nouvelle unité scoute. Une question de l’Ecolo Gauthier Le Bussy a été posée. Mais très rapidement, les réponses ont été apportées.

Au niveau de l’urbanisme, le projet d’aménagement d’un parc public rue de la Maladrée à Lonzée a aussi soulevé des questions notamment concernant une éventuelle pollution du  site. L’idée sera d’y créer un espace vert. Le nouveau conseiller Riziero Parete s’est demandé si le site n’est pas trop pollué. Une étude du sol a eu lieu en janvier. On attend les résultats a confirmé Marc Bauvin qui sera attentif à d’éventuelles pollutions du site.

Le plat de consistance du conseil : le futur de la Place de l’Orneau

Ce 31 janvier, le 17ème point à l’ordre du jour concernait l’approbation de l’avant-projet d’aménagement de la Place de l’Orneau. Un gros dossier qui concerne l’aménagement du bas du centre-ville de la cité des Couteliers. Après un bref historique du lieu et un laïus sur le nombre trop important de places de parking aujourd’hui, les architectes des bureaux d’étude ADR & De Ceuster ont présenté leur projet.

Projet dont les ambitions principales sont de mettre des espaces verts et de faire un rappel de l’Orneau via un point d’eau au milieu de la place (ouvrir la place pour que l’Orneau soit à ciel ouvert étant impossible). Le coulant d’eau ferait une cinquantaine de mètres et serait recouvert à divers endroit par des sortes de ponts. Les essences d’arbres prévues seront étudiées mais l’idée est d’y mettre des basses tiges (érables planes). Quant aux places de parking, le projet prévoit de n’en garder que 20.

Le coût du projet s’élèverait à 1.419.000 euros TVA comprise. Il s’agit d’une estimation mais qui dépasse de près de 100.000 euros le montant de départ prévu par la Ville (à savoir 1.085.000 euros hors TVA).

Nombreuses réactions concernant l’avant-projet

Les premières questions sont venues de la majorité. Pascaline Godfrin (MR) s’est interrogée sur le délai des travaux et les conséquences sur les commerces locaux. Monique Dewil-Henius (Bailli) a, elle, soulevé des interrogations concernant la mobilité et la durabilité des matériaux. Quant à l’opposition, Gauthier Le Bussy (Ecolo) s’est voulu positif concernant le projet en apportant différentes remarques aux personnes des bureaux d’études présentes . Par contre, Dominique Notte, conseiller de l’opposition PS, a été plus mordant soulevant de vives inquiétudes quant à la mobilité sur la future place. Notamment aux heures de pointes. Malgré les interrogations, cet avant-projet a été accueilli favorablement puisque le point a été voté à l’unanimité (une abstention venant de Pascaline Godfrin – MR) pour que le duo ABR-De Ceuster poursuive le travail et présente un projet avec la prise en compte des différentes remarques exprimées lors du conseil.

Autre gros point : le budget du CPAS 

L’autre gros morceau du conseil communal était l’approbation du budget 2018 du CPAS. Un chiffre : 20 millions 245 mille euros, c’est le montant total de ce budget qui dépasse pour la première fois la barre des 20 millions d’euros… La libérale Martine Minet-Dupuis, présidente du CPAS, a détaillé longuement le travail réalisé. Elle a mis en avant l’augmentation du nombre de places d’accueil pour la petite enfance dans la commune et les nombreuses choses mises en place. Pas assez apparement pour l’opposition alors que la majorité dont Benoît Dispa, le bourgmestre, ont défendu leur collègue. Le vote s’est donc déroulé majorité contre opposition.

« À boulets rouges »

L’opposition a tiré à boulets rouges hier soir sur la présidente du CPAS. Philippe Grévisse (conseiller de l’opposition Ecolo) qui avait occupé cette fonction sous la précédente mandature a qualifié le budget de « bon et pas inquiétant » au niveau financier. Par contre, il a émis des inquiétudes sur les déficits financiers des crèches. Selon lui, il « manque d’une réelle vision en matière de politique sociale » du côté de la présidente. Philippe Grévisse a estimé que « si politique il y a, elle semble se limiter à gérer d’abord financièrement la pauvreté à Gembloux… »

Les critiques les plus acerbes sont venues de l’opposition socialiste pour qui la lutte contre la pauvreté est insuffisante à Gembloux : manque de visions, de créativité et de politique cohérente. Un désastre selon les membres du PS.

Un point sur Belfius ajouté à l’ordre du jour

Enfin, un point avait été ajouté à l’ordre du jour de ce conseil à la demande d’Ecolo et du PS. Objectif : une proposition de motion concernant Belfius. L’idée étant d’influencer le niveau fédéral pour réexaminer la privatisation de Befius. Résultat : absentions dans les rangs de Bailli, votes contre pour le MR et votes pour du côté des Ecolo et des Socialistes. La proposition est recalée.

Mathieu Baugniet 

 

 

3 commentaires sur “Gembloux : 2 nouveaux conseillers lors d’un conseil communal centré autour de la Place de l’Orneau et du CPAS

  1. Puis-je avoir un retour sur ce sujet: » Personnel communal – Obligation d’emploi de travailleurs handicapés au s
    ein de la Ville de GEMBLOUX – Information » qui était un point dans l’ordre du jour.

    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *