Alors On Change

L’interdépendance du vivant. L’homme n’est qu’une partie du vivant et il a une fâcheuse tendance à l’oublier ! Si nous ne changeons rien, notre surexploitation de la planète va conduire à la disparition de 30% des espèces vivantes à l’horizon 2050. Pour Yvan-Beck, vétérinaire et président de l’asbl Planète-Vie, une des manières d’éviter ce carnage, […]